Conte Kabyle: Tamacahut N mḤend uccen/L’histoire de m’hend le chacal (Kabyle & Français)

L’Histoire de M’hend le Chacal

Amacahu….

Il était une fois du temps où les animaux parlaient, un chacal surnommé Mhend le Chacal. Un jour il déambulait dans la forêt à la recherche d’une proie facile pour son déjeuner. Son œil avisé remarqua soudainement le nid d’une crécerelle entourée de ses petits au sommet d’un arbre.

Alors il leva la tête et il interpella la crécerelle :

« Jettes moi un de tes petits, sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes fauconneaux ».
Alors, la crécerelle se met à trembler de peur, mais elle refusa de lâcher un de ses petits

Alors Mhend le Chacal entra dans une grande colère :

Prends garde à toi, jettes moi un de tes petits sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes petits ».

Craignant pour ces petits, la crécerelle lui jeta un de ses petits fauconneaux. Le chacal l’attrapa, il expliqua à la crécerelle qu’elle n’avait pas à s’inquiéter pour lui, il allait juste l’emmener pour lui apprendre les versets du Coran et l’arabe.

Le lendemain matin, il revint et il se posta sous l’arbre en criant :

« Jettes moi un de tes petits, sinon je vais monter et je te mangerai toi et tes petits ».

Alors la crécerelle bien que craintive le crû et à nouveau elle lui jeta un de ses petits fauconneaux.

C’est ainsi qu ‘à chaque fois que Mhend le Chacal se pointait, elle lui lançait un de ses petits jusqu’au jour où il ne lui ne lui resta que le petit dernier.

Le soir venu elle se mit à pleurer, à se lamenter sur son triste sort ! Alors vint à passer un lièvre , il s’arrêta un moment et il demanda à la crécerelle :

« Dame crécerelle, que t’arrive- t-il, pourquoi pleures-tu ?

Alors la crécerelle lui raconta sa mésaventure avec moult détails. Le lièvre la regarda avec pitié ahuri par tant de naïveté. Alors il la regarda tout en lui disant :

« Tu as été bien naïve ma pauvre dame crécerelle, Mhend le Chacal t’a bien roulé dans la farine ! Personne n’a jamais entendu parler d’un chacal qui peut grimper sur un arbre ! Alors lorsqu’il reviendra demain prends bien ton courage à deux mains et dis lui :

« Montes donc si tu peux ! »

Le lendemain vers midi, Mhend le Chacal revint, il se tint debout devant l’arbre de la crécerelle et de ses petits et se mit à chanter :
« Jettes moi ton petit, sinon je montes et je te mangerai toi et ton petit fauconneau ».

La crécerelle lui réponds : « Montes donc si tu peux ! »

Alors Mhend le Chacal, recula, prit son élan, sauta sur l’arbre, il retomba lourdement par terre .

Mhend le chacal se mit à la sermonner en proférant ses menaces : « Prends garde à toi , je vais monter et je te mangerai toi et ton petit »

D’un ton ferme la crécerelle refusa d’obtempérer !

Alors, une fois encore, Mhend le Chacal, recula, prit son élan, sauta sur l’arbre et il retomba lourdement par terre.

Donc pris de cours, il s’en alla la tête basse pour chercher quelque chose à se mettre sous la dent.

Le soir venu, la crécerelle se mit à pleurer, elle pense à ses petits qui lui manquent énormément. Un moment plus tard, son ami le lièvre vint à passer :

« Que t’arrive-t-il encore mon amie ?

Alors la crécerelle lui expliqua que ses enfants lui manquent beaucoup et qu’elles a envie de les voir.
Le lièvre se prit de compassion pour la pauvre crécerelle : « Essuies tes larmes demain nous irons voir Mhend le Chacal et je l’obligerai à te rendre tes petits.

Le lendemain matin ils partirent à la recherche de Mhend le Chacal, au bout d’un moment ils le croisèrent au détour d’un chemin.

Bonjour Mhend le Chacal, aujourd’hui nous venons te voir pour reprendre les petits de Dame crécerelle. Celui -ci se mit feindre l’étonnement et sans se démonter il leur répondit :

« N’ayez crainte, venez donc demain vous allez pouvoir les entendre, ils sont en train d’apprendre le dernier verset du Coran.

Alors le visage de la crécerelle s’illumina d’un petit sourire timide, elle reprend confiance et elle retourna chez elle rassurée.

Le lendemain tôt le matin, Mhend le Chacal rapporta une peau de chèvre, il l’enduit de miel et il la pose à l’entrée de son antre.
Dès qu’il entendit la crécerelle et le lièvre en partance pour le voir, il prit un bâton et il se mit à secouer la peau de chèvre, alors les mouches accrochées au miel s’enfuirent dans un bruissement bruyant bzzzzz… Alors Mhend le Chacal se tourna vers eux en disant :

« Ecoutez-les, ils sont en train de répéter la dernière sourate du Coran, dans quelques jours vous pourrez venir les chercher.

Fort de cette promesse de Mhend le Chacal, la crécerelle et le lièvre retournèrent chez eux. Quelques jours plus tard ils décidèrent d’aller chercher les petits fauconneaux. Dès qu’il les entendit arriver, Mhend le Chacal pris ses jambes à son cou, il alla se cacher dans la forêt. Ils entrèrent dans l’antre du chacal qui était vide. Ils firent le tour et trouvèrent des os entassés dans un coin.

La crécerelle s’effondra choquée par la disparition traîtresse de ses petits. Son ami le lièvre la consola autant qu’il put et il lui jura sur le champs qu’ils se vengeront de Mhend le Chacal .

Ils continuèrent ainsi jusqu’à l’approche de l’hiver. Alors le lièvre alla trouver Mhend le Chacal pour l’inviter à manger de figues fraîches dont il sait qu’il raffole :

« Viens donc que je t’emmène manger des figues fraîches dans le verger de Velajout, elles sont mûres à point ».
Le chacal rusé et méfiant n’en croit pas ses oreilles. Alors le lièvre l’emmena voir le verger.

Cependant le chacal pris la précaution de rameuter tous les chacals : « Venez manger en plein hiver, de bonnes figues fraîches dans le verger de Velajout ».

Alors, les chacals arrivèrent de toute part, l’ami le lièvre leur demanda d’attacher leurs queues aux branches du figuier en leur expliquant qu’ainsi ils pourront manger autant de figues qu’ils veulent. Ils attachèrent leurs queues et au moment où ils commencèrent à se régaler Velajout arriva avec son gros bâton et ils se mit à les frapper. Surpris ils sautèrent de l’arbre en oubliant que leurs queues étaient attachées. C’est ainsi que Mhend le Chacal devint un chacal sans queue.

Que faut il retirer comme enseignement de cette histoire : C’est de recommander aux Kabyles de préserver leurs enfants en évitant de les mettre entre de mauvaises mains. Nous les encourageons à les envoyer dans les associations kabyles et non dans les instituts et les écoles coraniques arabo islamiques qui dissolvent leurs cerveaux !

En attendant notre propre ETAT et institutions Nous comptons sur vous pour les protéger !

Sakina Ait Ahmed | Siwel.info

(Visited 462 times, 1 visits today)

Author: Sofiane H.

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

Share This Post On