Mohamed Arkoun, 7 ans déjà…

Mohamed Arkoun, 7 ans déjà…

Le 14 septembre 2010 s’éteignait à Paris le professeur Mohamed Arkoun. Il a été enterré au Maroc, loin de sa Kabylie qui l’a vu naître en 1928 à Taourirt Mimoun, village des Ath Yenni et qui a enfanté aussi l’un des plus grands monuments de la culture algérienne, Mouloud Mammeri. Arkoun était issu d’une famille pauvre et nombreuse. Il a fait ses études primaires dans son village natal avant de poursuivre ses études secondaires à Oran, où travaillait son père. Il fera ses études universitaires à la faculté de littérature d’Alger, puis à la Sorbonne, obtenant successivement l’agrégation en langue et littérature arabes et le doctorat en philosophie. Il enseigna dans plusieurs universités européennes et américaines et reçut pour ses travaux plusieurs distinctions, dont: Chevalier de la légion d’honneur (1984), Commandeur de la légion d’honneur (2004) et docteur honoris causa de l’université d’Exeter. Ses principales œuvres sont : «Pour une critique de la raison islamique, lectures du Coran», «La construction humaine de l’islam, religion et laïcité»…

La pensée Arkoun

Mohamed Arkoun développa une discipline nouvelle, l’islamologie appliquée, issue d’une idée qui existait déjà avec l’anthropologie appliquée de Roger Bastide. L’idée lui est venue après avoir observé que dans l’Algérie indépendante, et par extenso dans toute l’Afrique du Nord, les Algériens se sont mis à invoquer l’Islam en tant que religion et en tant que culture, dans le but de reconstruire une spécificité arabo-islamique niée par le colonialisme. Ce qui n’est conforme ni à la réalité sociologique et historique de l’Algérie ni à l’histoire de l’islam et de la pensée islamique en général. Or, la culture et la pensée islamiques ont connu des périodes tout à fait différentes. Au Xème siècle, le monde musulman a connu une vie intellectuelle riche et brillante, ainsi qu’une ouverture sur les autres cultures. De Bagdad à Cordoue se développèrent plusieurs disciplines, notamment la philosophie islamique en contact avec les auteurs grecs, en particulier Platon et Aristote, qui furent lus et traduits en arabe. Mais cet élan fut stoppé net à partir du XIIIème siècle, bien avant les invasions extérieures. L’oubli et l’omission de pans entiers de la pensée islamique et la critique de la raison islamique sont au cœur des travaux de l’éminent professeur, depuis ses premiers travaux, sur l’œuvre de l’historien et philosophe perse Ibn Miskawayah, du courant humaniste de l’islam. Pour Arkoun, il est essentiel que l’islam accède à la modernité, politique et culturelle. Et pour cela, il préconise : «Rien ne se fera sans une subversion des systèmes de pensées religieuses anciens et des idéologies de combat qui les confortent, les réactivent et les relaient. Actuellement, toute intervention subversive est censurée; censure officielle des Etats et censure des mouvements islamistes. Dans les deux cas, la pensée moderne et ses acquis scientifiques sont rejetés ou, au mieux, marginalisés. L’enseignement de la religion, l’islam à l’exclusion des autres, est sous la dépendance de l’orthodoxie fondamentaliste». La subversion des systèmes de pensée appelle à sortir de ce qu’il appelle «les clôtures dogmatiques» et relire le coran à la lumière des avancées des méthodes et des outils des sciences sociales pour sortir de ce qu’il appelle l’ignorance sacralisée et l’ignorance institutionnalisée, allusion aux systèmes éducatifs en vigueur dans les pays maghrébins qui sont pour l’essentiel des systèmes d’endoctrinement.

I. M. La dépêche de Kabylie 

(Visited 92 times, 1 visits today)
Previous Théâtre : Tamazight indésirable à Guelma

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Issad Rebrab l'a révélé à l'université de Béjaïa : «C’est la France qui m’a prêté l’argent »

Issad Rebrab, le Président directeur général du plus grand groupe privé en Algérie, Cevital en l’occurrence, a été l’invité d’une rencontre organisée ce mercredi par le club scientifique du département

Actualités Comments

12 choses à voir et à faire à Béjaïa

Grottes mythiques, population accueillante et biodiversité préservée, Béjaïa n’a pas fini de vous faire rêver. Cette ville millénaire regorge de lieux plus splendides les uns que les autres, et nous

Actualités Comments

Un Euro vaudra prochainement 180 Da : à quoi va nous servir notre monnaie nationale ?

C’est du jamais vu ! Un Euro vaut désormais 170 Da dans le marché parallèle des devises. Mais, la montée en flèche de l’euro face à notre monnaie nationale ne