La légende de la robe kabyle de la région de Ath l’ksar

La légende de la robe kabyle de la région de Ath l’ksar

la robe kabyle d’Ath-Leksar ( commune située à 25 Km à l’est de Bouira )  est considérée comme un habillement traditionnel très prisé au niveau de la wilaya, elle constitue une fierté pour de nombreuse femmes des localités d’Ath leksar et Ouled Rached, car elle témoigne par son aspect et ses couleurs, d’un passé riche en traditions ancestrales et marqué par une légende qui est restée dans la mémoire collective.

On raconta que cette histoire et les raison de l’utilisation des couleurs noir et rouge dans la confection de cette robe, se déroule dans le passé reculé, approximativement au moyen age. A cette époque il est dit qu’une princesse « lala Mlaoua », dont deux collines portent à ce jour le nom « les deux pics de lala Mlaoua », s’est suicidée à la suite du refus de son père de la marier à un prince « Mastenbal » afin d’exprimer à ce dernier son amour et sa passion. La légende dit, que pour désapprouver le refus de son père, cette princesse a fugué vers la montagne en compagnie de son homme préféré, où elle s’est marié et vécue quelques jours, avant qu’elle ne soit rattrapée par son père qui était fermement opposé à cette union. Ce dernier voulait ramener sa fille à la maison afin de laver l’affront qui a été engendré par cette fugue. Se rendant compte d’avoir commis l’infâme et ne voulant pas quitter son prince, la dite princesse a mis fin à ses jours. Cet acte irréparable est allé ensuite susciter de la compassion et du chagrin auprès des habitants de la région. La légende dite que, la reine Lala Mlaoua était modeste, compatissante et très proche de ses sujets, ce qui fait que sa disparition s’est transformée en deuil pour l’ensemble des habitants. Depuis, et pour manifester leur tristesse, les habitant se sont vêtu en noir, les femmes de la région ont porté cette couleur même à l’occasion des fêtes en guise d’hommage à la reine. La couturière ajoute qu’à cette époque, la couleur des habilles était le caractère qui symbolisait certains événements sociaux tels que la couleur blanche durant les moment de paix et le rouge en temps de guerre et de crise. Avec le temps, la couleur rouge a été utilisée par la femme de la région pour exprimer son chagrin et ses peines dans son milieu social, des symboles particuliers furent également introduits dans la confection de cet habille traditionnel, ces symboles se dessinaient sur morceau de tissu « el Haïk » que les femmes portaient sur leur dos. D’autre part, la confection de la robe d’Ath-Leksar nécessite sept mètre de tissu alors que le Haïk en laine est peint en noir et porte des rubans de couleur rouge et jaune. La robe se porte avec une parure en argent blanc décorée avec différents motifs et symboles. De ce fait à travers cet habille, les femmes de la région continuent de perpétuer la tradition et mariant harmonieusement toutes les couleurs du printemps connues dans la région et le noir, qui symbolise un deuil ancestral.

(Visited 1 755 times, 1 visits today)
Previous Rebrab annule ses contrats publicitaires avec ennahar
Next Ouverture d’une ligne maritime Béjaïa-Jijel

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Art & Culture Comments

Que serait l’Algérie sans la Kabylie ?

Pour ceux qui voudrait comprendre la Question berbère, en Algérie, un excellent ouvrage vient de paraître à Alger (ed.Barzakh) de Yassine Temlali, journaliste et chercheur, qui éclaire d’une manière nouvelle,

Art & Culture Comments

TAFSUT, Le printemps chez les Berbères

Le printemps ‘’officiel’’ n’arrive que le 21 mars, mais le printemps berbère, lui, sera là le 28 février, qui correspond au 15 du mois de Furar du calendrier agraire traditionnel,

Art & Culture Comments

Tahar Djaout, le souvenir impérissable d'un immense poète

Un homme aux qualités humaines rares. Un poète hors-pair. Un romancier et un nouvelliste qui avait produit des oeuvres de haute facture. Ravi aux siens, par les barbares, en pleine