Le burnous … Un héritage ancestral

Le burnous … Un héritage ancestral

Bernous11Ibn Khaldoun en a fait le symbole de l’identité d’Afrique du nord, avec le couscous. De nos jours, il est devenu un costume d’apparat, porté aussi par les femmes, notamment lors de leurs noces.

Le burnous ou bournous, avernous ou avidhien kabyle, barnous (برنوس) en arabe et aâlaw en chaoui, est un manteau, en laine, long avec une capuche pointue et sans manche. Typique des populations  Berbères d’Afrique du Nord, Ibn Khaldoun appelait les Berbères ashâb el barânis, (les  amis des burnous) : ceux qui portent le burnous. Sa célèbre citation confirme encore plus que cet habit fait partie de l’identité même de la région : « La contrée des Berbères débute là où les hommes portent le burnous et s’arrête là où les gens ne mangent pas du couscous ».

Certains le rapprochent du latin: Pirnus, désignant une cape antique avec capuche sans équivalent en Orient, mais omniprésente en Afrique du Nord, puis en Europe antique, médiévale et actuelle où des moines continuent d’en porter par dessus leurs chasubles en hiver. Ou burra/burrus, « pièce de laine grossière », toujours en latin.

Quoi qu’il en soit, le port du  burnous en Afrique du Nord, a  été général chez les citadins et surtout  dans les campagnes.

C’est une cape très ample descendant jusqu’aux pieds et munie d’un capuchon ; elle est fermée sur la poitrine par une couture (sader) longue environ d’une main. Ce mode de fermeture partielle permet de porter cette cape sans avoir à la draper comme le haïk et sans user d’agrafes ou de boutons.

Bernous22Le burnous qui composait par le passé l’identité des Algériens et faisait la fierté des hommes, est un  habit chargé de symboles ; se vêtir d’un burnous est tout un art, son propriétaire, doit  savoir le  porter et le respecter. Il doit faire montre de sobriété et de maturité ; le burnous est, alors,  synonyme de sagesse, d’autorité et de pondération.

Lors des réunions de Tajemaât en Kabylie (comité des sages du village), l’homme qui prend la parole doit se couvrir la tête avec la capuche de son burnous. Si celle-ci tombe, il doit arrêter de parler, car cela signifie qu’il s’est emporté.

Hiver comme été, l’homme ne se séparait jamais de son burnous. En hiver, lorsque la neige recouvre les cimes du Djurdjura d’un manteau  blanc, les hommes se  couvrent avec leurs burnous. Ainsi emmitouflés, l’épaisse cape blanche, tissée avec soin par les femmes, les protège du froid  glacial et  les enveloppe d’une douce chaleur.

L’été, lorsque les températures grimpent et le sirocco souffle sur les villages, les hommes plient leur burnous et le posent gracieusement sur l’épaule, agrémentant ainsi leur tenue estivale.

Habit de tous les jours, le burnous est aussi un vêtement de cérémonie et d’apparat.  Lors des  fêtes  de mariage ou de circoncision, les  hommes arboraient  fièrement  leurs burnous blancs, agrémentés d’un fusil de chasse.

Jadis, le nouveau burnous était souvent tissé pour le nouveau marié.  Celui-ci le porte  lors  de  son  mariage en rabattant la capuche sur sa tête en signe de pudeur.

Ce vêtement est aussi bien féminin  que  masculin; vêtement de prestige, lors des mariages, il sert  essentiellement à couvrir la mariée lorsque celle-ci sort du domicile familial pour rejoindre la maison de son époux. Certaines optent pour le burnous en satin blanc brodé de motifs berbères qui a fait   son apparition ces dernières années pour remplacer le burnous en laine devenu trop cher.  Ses broderies sont  différentes  selon les régions, à Alger, Constantine ou Tlemcen, il est brodé de fil d’or,  en Kabylie, il est réalisé avec la broderie caractéristique de la région.

Le burnous en poil de chameaux est une spécialité presque exclusive de la région de Messaâd en Algérie, d’une très grande qualité et d’une extrême finesse, le burnous est très léger. C’est une activité exclusivement féminine.

Le burnous blanc, quant à lui, est produit dans les régions de Zaccar, Hassi Bahbah et Ain Oussera. La région de Tébessa est aussi renommée dans le tissage et la confection de Kachabia et de Burnous. Cette production remonte à l’époque Phénicienne. La Kachabia et le Burnous, en plus du fait qu’ils tiennent très chaud, y sont un symbole de notabilité.

Z.M | Babzman

Sources :

  • Presse nationale.
(Visited 362 times, 1 visits today)
Previous Chakib Khalil humilié par un citoyen: " la mosquée c'est pour prier, va régler ton problème avec la justice algérienne"
Next Tiqqar, ancienne tradition de jeu et combat en Kabylie.

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Art & Culture Comments

Canada : Les Amazighs de Montreal fêtent l'an amazigh Yennayer 2966

Montreal fêtent l’an amazigh Yennayer2966. Les Amazighs de Montréal en général et Kabyles en particulier, réservent des festivités à la hauteur de Yennayer 2966, le nouvel an amazigh avec un

Art & Culture Comments

Timechret ou Taouzaât (LEWZI3A)

Timechret est une fête kabyle ancestrale. Un rituel qui a su perdurer dans la plupart des villages. Timechret (Taouzaât) célèbre les fêtes religieuses, comme « Taachourth » et « l’mouloud ». C’est  aussi une

Actualités Comments

Le Musée Berbère de Marrakech, le plus visité au Maroc (600 000 visiteurs par an)

Pour la première fois au Maroc, un musée présente exclusivement une collection d’objets berbères provenant de diverses régions du Maroc, du Rif jusqu’au Sahara. Il est actuellement le Musée le