20 AVRIL 1980 : Le printemps berbère : le retour aux sources

20 AVRIL 1980 : Le printemps berbère : le retour aux sources

Le printemps berbère commémoré aujourd’hui 20 avril, marque une date officialisée par les berbérophones concernant l’identité et la culture berbère. Évoquer la question de l’amazighité et de l’identité amazighe et notamment les événements des années 1980, faisant suite à des revendications à caractère identitaire et linguistique de la part d’une partie de la population algérienne, c’est poser le doigt sur un sujet éminemment complexe de par sa portée identitaire dans l’Histoire de la République Algérienne.

Trente-six ans après les faits, traiter la question de ce qui s’est réellement passé à l’époque n’est pas chose aisée, vu qu’il faudrait tout d’abord comprendre ce pan de l’histoire de la Nation algérienne fraîchement indépendante et notamment la psychologie sociétale algérienne. La célébration du 36ème  anniversaire du Printemps berbère du 20 avril 1980 coïncide cette année avec la promotion de Tamazight langue officielle dans la Constitution amendée et adoptée le mois de février dernier. Il s’agit d’une juste reconnaissance de la part des plus hautes autorités du pays d’une revendication ayant fait l’objet d’un combat ininterrompu, mené depuis des décennies, par différentes générations de militants et d’intellectuels engagés, s’accordent à dire des militants de cette revendication nationale. Cette reconnaissance traduit la volonté politique de l’Etat d’élever la langue amazighe au rang de langue nationale et officielle et de la préserver ainsi de toutes récupérations ou exploitations et manipulations politiciennes de la part de certaines parties. En ce sens la Constitution stipule dans son article 3 bis que Tamazight est également langue nationale et officielle et que l’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national.  Mieux encore, il est prévu la création d’une Académie algérienne de la langue Amazighe qui sera placée auprès du président de la République. Elle s’appuiera sur les travaux des experts et sera chargée de réunir les conditions de promotion de Tamazight en vue de concrétiser, à terme, son statut de langue officielle. Il s’agit là d’acquis indéniables pour une cause dont le combat n’a jamais cessé et ce, depuis 1949 dite « crise berbériste »  au sein du Mouvement nationaliste algérien. Après l’indépendance, la cause amazighe a été portée par des militants de l’identité algérienne ayant connu et subi diverses péripéties, avant d’aboutir à ce qui est appelé « le Printemps berbère » en 1980. Cette revendication a connu une autre dimension après les événements d’octobre 1988 et l’avènement du multipartisme. Ainsi, plusieurs partis politiques ont intégré cette revendication dans leurs programmes respectifs.

(Visited 391 times, 1 visits today)
Previous Chanson emouvante en hommage aux victimes du printemps noir.
Next Démographie: 40,4 millions d’Algériens au 1er janvier 2016

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Internet: Les Algériens vont avoir du mal à se connecter les prochains jours

Actualisé à 11 H 35 : Les désagréments des coupures qui seront causés aux internautes algériens devraient être contenus dans une mesure “supportable”, promet vendredi l’Autorité de régulation de la poste

Actualités Comments

Il a été suspendu parce que il n'a pas dit Monsieur le président ! Il a juste dit Abdelaziz Bouteflika

Le journaliste Ahmed Lahri, grande figure de la radio et de la télévision nationale est suspendu de son travail. Son tord, avoir dit “Abdelaziz Bouteflika” au lieu du “Président Abdelaziz

Actualités Comments

Béjaïa compte 90 centenaires

Béjaïa compte 90 personnes âgées de plus de 100 ans. Le recensement a été effectué par l’association sociale, Rahma, dont le président Yazid Khima a plaidé, hier, pour une prise