Devant des députés, Bouchouareb nie tout et parle de complot

Devant des députés, Bouchouareb nie tout et parle de complot

Le ministre de l’industrie et des mines Abdeslam Bouchouareb s’est justifié ce jeudi devant les membres de la commission économique à l’APN au sujet des révélations de Panama Papers.

Accusé d’avoir une société offshore au Panama et avoir 700 000€ dans un compte en suisse, le ministre « a nié toute relation avec cette entreprise » et interprètes ces accusations comme « une attaque aux institutions et aux symbole du pays », avons nous appris auprès d’une source proche de la commission.

Le ministre a toutefois informé les députés qu’il est en train de rédiger un rapport détaillé qui sera transmis au président de la république.

Abdeslam Bouchouareb accuse « des lobbies de l’extérieur en relation avec d’autre à l’intérieur du pays qui veulent le déstabiliser à cause des mesures de redressement du seceur de l’industrie qui ne les arrangent pas », conclut notre source.

Bouzid Ichalalene | Elwatan
(Visited 425 times, 1 visits today)
Previous Destruction du palais antique de Takfarinas à Thagaste en pays chaoui
Next La labellisation de la figue de Beni-Maouche sera validée en mai prochain

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Rentabilité au travail : L’Algérie classée 104ème sur 109

Rentabilité au travail : L’Algérie classée 104ème sur 109 Partager via FacebookPartager via TwitterPartager via Google+Partager via Email (Visited 43 times, 1 visits today) Post Views: 58

Actualités Comments

L'Afrique doit retrouver son Nord

Aujourd’hui, j’ai envie de crier. Mes mots sont comme des braises. Ils me brûlent la bouche. Je ne peux pas continuer de les ressasser. Il faut que je les crache.

Actualités Comments

(RAPPORT) Le mari a le droit de frapper son épouse, selon 60% des femmes algériennes.

59% des femmes algériennes, âgées entre 15 et 49 ans estiment qu’un mari a « le droit de frapper ou de battre » son épouse pour diverses causes, selon une enquête par