Melbou: La conférence de Karim Akouche interdite

Melbou: La conférence de Karim Akouche interdite

La conférence-débat, que devait animer l’écrivain Karim Akouche le week-end passé à la Maison des jeunes de Melbou, a été interdite. L’information a été donnée par un membre de l’Association Tafat lors du café littéraire avec l’auteur d’Allah au pays des enfants perdus, publié aux éditions Dialogue Nord-Sud, Montréal en 2012, et réédité, cette année, aux éditions Frantz-Fanon, Tizi Ouzou. L’organisateur a rappelé qu’une demande a été introduite à la Maison des jeunes de Melbou. Un accord verbal avait été donné, mais “ils n’ont jamais délivré d’autorisation. Ils nous ont ballottés entre la Direction de la jeunesse et des sports (DJS), la daïra et la Maison des jeunes. Ce n’est que vers la fin qu’on nous a indiqué que la conférence était interdite. On a exigé un document écrit, en vain. On est bien dans le cas d’un harcèlement contre un libre-penseur. C’est un acte condamnable”, conclura le militant associatif.  Et en réaction à cette interdiction, le poète, romancier et dramaturge, Karim Akouche, qui vit à Montréal depuis 2008, dit : “Je ne me tairai pas. Je n’ai qu’une plume. Et ma plume a soif de liberté. J’écris pour essayer de l’arracher.” Il a, cependant, pu tenir sa conférence, hier, au Théâtre régional de Béjaïa.

(Visited 254 times, 1 visits today)
Previous Modèles de robes Kabyle pour été 2016
Next Air Algérie abandonne une soixantaine de voyageurs

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Vers la fin de la gratuité des soins totale en Algérie

L’avant-projet de loi relatif au système de santé, présenté hier, mercredi 26 août, en Conseil du gouvernement, ouvre la voie à une « contribution » des bénéficiaires de soins au

Actualités Comments

Témoignage: Une famille bretonne en Kabylie

La lecture du témoignage de M’ Jean Etienne Le Roux sur son expérience en Kabylie en tant qu’enseignant à Larv3a Nat Yiraten de sept 1969 à juin 1974, a dû

Actualités Comments

Enseignement de tamazight : 90% des élèves concentrés en Kabylie

«Il n’ y a pas de volonté politique pour la généralisation de tamazight en dépit des assurances des pouvoirs publics.» Deux décennies après son introduction dans le système éducatif, l’enseignement