Sur le chantier du futur TGV algérien (VIDÉOS)

L’Algérie aura son TGV. La première ligne ferroviaire à grande vitesse (LGV) reliera Oued Tlelalt près d’Oran à Tlemcen. Lancé en 2013, le projet devrait être livré en 2017, selon l’Anesrif (Agence en charge des études et des investissements ferroviaires). Le tracé fait rêver. Une longue ligne ferroviaire qui serpente dans les immenses plaines de l’Ouest algérien.

4

© TSA

Une LGV sur laquelle les trains modernes circuleront à 220km/h, sur 132 km, entre Oued Tlélat et Tlemcen. Cette ligne fait partie du grand projet d’électrification de la ligne ferroviaire Est-Ouest qui longera l’autoroute Est-Ouest.

Ce projet de plus de 1,7 milliard d’euros a été confié aux Italiens de Condotti et Rezzali qui ont déjà travaillé sur des projets ferroviaires en Pologne. De nombreuses entreprises algériennes participent au chantier. Le projet est suivi de près par l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif).

© TSA

« Le plus grand viaduc ferroviaire d’Afrique »

1

L’Algérie qui enregistre un retard considérable dans le domaine ferroviaire tente donc depuis 2011 de le rattraper. La LGV n’est pas le chantier le plus efficient mais le plus conséquent et surtout le plus symbolique. Le tracé est ponctué de gros ouvrages, dont un tunnel et 50 viaducs dont un à l’entrée de Tlemcen, d’une longueur de 1780 m et d’une hauteur de 114 m. « Le plus grand viaduc ferroviaire d’Afrique, et même au monde ! C’est une merveille », s’enthousiasme Abdelkader Becharef, directeur de projet sur la LGV pour l’Anesrif. Il est chargé de veiller sur l’avancement du

chantier.

Écoutez-le dans la vidéo suivante, il explique le projet :

« Si vous regardez de près les ouvrages, vous verrez que le projet se marie à son environnement. Par exemple, les piles du grand viaduc ressemblent à des troncs d’arbres. D’autres ouvrages sont en vert pour ressembler au paysage. C’est merveilleux, on ne détruit pas le paysage », tient à souligner Saïd Ait Oufella, directeur adjoint au sein de l’Anesrif qui ne cesse de vanter les mérites d’un tel projet. Il regrette seulement que ce ne soit pas les Algériens qui s’occupent de sa réalisation.

Un clin d’œil pour le Maroc ?

Le projet de réalisation de cette LGV est-il un clin d’œil au Maroc qui teste actuellement son TGV entre Casablanca à Tanger ? « Non ça n’a rien à voir avec le Maroc, l’Algérie était déjà sur ce projet depuis 2009 et n’attendait pas le Maroc pour le réaliser », assure le directeur adjoint de l’Anesrif.

La LGV desservira trois gares : Oued Tlelat, Sidi Bel Abbès et Tlemcen. Outre la vitesse du train, l’Anesrif affirme que cette ligne va révolutionner la façon de voyager en Algérie.  « Les gares seront toutes intermodales », promet Abdelkader Becharef.  « Elles seront toutes reliées aux gares routières et au tramway comme à Sidi Bel Abbès », ce sera très facile de rejoindre la ville principale et les villages autour. L’intermodalité, encore la preuve que l’Algérie s’aligne sur les standards internationaux pour moderniser ses transports en commun.

Une échéance encore floue

Le chantier avance à un rythme soutenu. À l’heure actuelle 63% du projet a été ac

2

hevé. « Les 37% restants sont les plus simples, il s’agit d’équipements à mettre en place. Le plus dur est passé », explique Abdelkader Bencharef. Concernant la pose de voie, Marco Menzolla, conducteur des travaux sur le tronçon entre Sidi Bel Abbès et

Tlemcen précise : « Nous avançons de 300 mètres chaque jour dans la pose de voie ferrée ».

© TSA

Les Algériens et les Italiens restent confiants sur la livraison du projet dans les délais, mais aucune date n’est avancée avec précision pour la fin des travaux. Sur le terrain, les équipes nous avouent que quelques ralentissements sont toujours craints dans ce genre de projet.

Il existe bien évidemment des contraintes, reconnait-on au sein de l’Anesrif. « Le gros problème reste lié l’expropriation, ou encore les problèmes géotechniques », explique le directeur de projet.

En effet, le tracé passe par des parcelles de terrains où se trouvent des maisons. « Des propriétaires qui ont construit sans autorisation mais qui ne veulent pas quitter les lieux », déplore Saïd Aït Oufella. Sauf que ce problème ralentit constamment le chantier et que personne à l’heure actuelle ne parvient à régler. Les autorités locales refusent de gérer  les expropriations qui mènent à des altercations et une mobilisation importante des habitants. L’Anesrif estime ne pas être l’intermédiaire adéquat.

Les récentes intempéries ont également paralysé par endroits l’avancée des travaux. « On doit attendre quelques jours après la pluie pour reprendre les travaux, car avec l’eau cela risque de faire plus de dégâts », explique Abdelkader Bencharef.

Projet épargné par la crise

Enfin, ce type de méga-projet rencontre souvent des imprévus comme la présence de gazoducs. À une trentaine de kilomètres d’Oued Tlélat, une partie du chantier est à l’arrêt depuis un moment à cause d’un pipeline qui traverse le tracé du chemin ferroviaire. L’Anesrif doit attendre l’intervention de Sonelgaz qui tarde à mettre en place les mesures nécessaires pour déplacer ce gazoduc.

En revanche, le projet n’est pas menacé par les mesures d’austérité décidées par le gouvernement pour faire face à la chute des prix du pétrole. « L’investissement est fait, rien ne pourra le stopper, ce serait un crime d’arrêter un tel projet », assure Saïd Aït Oufella.

Lire l’article depuis sa source

(Visited 76 times, 1 visits today)
Previous Les intempéries ont fait (03) morts à Béjaia
Next 14 mars, journée nationale des handicapes : Dignité et reconnaissance des droits fondamentaux

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Le bilan des inondations de Constantine s’alourdit…

Le bilan des pertes humaines causées par de fortes chutes de pluies hier après-midi sur Constantine s’est alourdit par un troisième décès. En effet, le corps d’une troisième victime de

Actualités Comments

Vidéo. Diapo. Hooliganisme: deux morts et plus de 50 blessés dont certains dans un état grave à l’issue du match Raja-CRA

De graves incidents se sont produits, ce samedi 19 mars, à l’issue du match ayant opposé le Raja de Casablanca et le Chabab Rif Al Hoceima. Il y aurait eu

Actualités Comments

Inauguration de la statue de Si L’Hocine à Ouacifs: «Aït Ahmed incarne l’idéal national»

Des députés, des sénateurs et plusieurs élus locaux du Front des forces socialistes (FSS), notamment, ont assisté, hier, à l’inauguration de la statue érigée à la mémoire du chef historique