La Légende Kabyle du mois de Janvier et du mois de Février.

Une ancienne légende raconte qu’il y a très longtemps, à l’époque où les animaux avaient la parole, une vieille femme vivait seule avec sa chèvre dans une petite maison en pierre, perchée sur les montagnes de Kabylie.
On raconte que pour survivre dans son hameaux reculé, la vieille dame avait la nécessité de sortir chaque jour pour cueillir tout ce dont elle avait besoin pour préparer chacun de ses repas : graines, noix, fruits et légumes.
La nature lui permettait ainsi de vivre et de satisfaire ses besoins.
Un matin du mois de Janvier, la vieille et sa chèvre furent réveillées par une pluie violente, un froid sec et un vent glacial. Plus tard, la neige qui tombait en abondance, condamna la porte d’entrée de la maison. La vieille dame et sa chèvre furent alors contraintes de rester enfermées pendant tout le mois de Janvier, attendant patiemment que les beaux jours reviennent…
Quand le mois de Janvier fut terminé, l’air commençait à devenir plus doux, la neige se mit à fondre et le soleil se remit à briller. La vieille et la chèvre purent enfin sortir : la vieille reprit ses activités habituelles et s’affaira à traitre la chèvre, mit son lait dans une calebasse qu’elle agitait énergiquement au soleil pour en obtenir du beurre. Encore furieuse de n’avoir pu travailler et constituer de réserves à cause du mauvais temps, elle se leva et s’adressa au mois de Janvier en ces termes :
« Je repousse ta malédiction
Cher Janvier
Tu es enfin terminé, tu n’as servi à rien »
Quand le mois de Janvier l’entendit, il fut très en colère et se retourna vers le mois de février :
« Aides- moi mon cher Février
Prêtes-moi un de tes jours, que l’on mette fin aux médisances de la vieille. »
Le mois de Février lui donna alors une de ses journées, la plus nuageuse. La neige et les grêlons précédèrent le vent et le froid.
La vieille, pensant que le mauvais temps était définitivement derrière elle, s’était éloignée de la maison. La chèvre et la vieille furent prises au piège de cette journée des plus froides. La vieille ne résista pas longtemps et finit par mourir de froid avec sa chèvre.
C’est ainsi que le mois de Janvier eu finalement sa vengeance…
A propos de la légende
On raconte que depuis ce jour, le mois de Janvier n’a pas rendu le jour emprunté au mois de Février. C’est pourquoi on appelle le dernier jour du mois de Janvier « amerdel » (l’emprunt). On dit aussi que c’est ce qui explique que le mois de Février a moins de jours que les autres mois : il lui manque un jour, celui emprunté par le mois de Janvier…
Avertissement :
Cette légende se retrouve chez la plupart des peuples berbères, il est possible que vous en trouviez des variantes

(Visited 134 times, 1 visits today)
Previous Les Kabyles fêtent l'arriver du printemps "Tafsut" Avec Adaryis, Une tradition ancestrale.
Next Une tres belle chanson d'amour Kabyle Said, Yefnaine 2014 " Mi ara d tkecmed"

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Art & Culture Comments

Beni Snous, les derniers berbères de Tlemcen.

La toponymie est restée profondément berbère, tout comme l’architecture de ses villages de terre et de pierre accrochés aux flancs de montagnes, abrités sous d’immenses falaises aux tons ocre, suspendus

Art & Culture Comments

Le couscous : un mets traditionnel aux origines berbères

« La cuisine est un art essentiellement périssable, précaire, qui se pratique au quotidien ». L’alimentation méditerranéenne témoigne tout à la fois de la place de cet art de la table, que

Art & Culture Comments

Sur les traces de Mouloud Mammeri, le jeune talent écrivain kabyle Bennacer Sofiane "Cette Lumière qui se Fait Rare"

Bennacer Sofiane vient de signer son tout premier roman intitulé « Cette Lumière qui se Fait Rare » aux Éditions La Bruyère, Paris. Le roman sera mis en vente en mois de