Bouira : des étudiants marchent pour l’égalité entre l’arabe et tamazight

Des étudiants de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, ont organisé aujourd’hui, dimanche, une marche dans la ville de Bouira, à l’initiative du collectif autonome de l’université, auxquels se sont joints des militants et des cadres du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), pour revendiquer les droits de la langue amazigh.

L’action a été organisée à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la langue maternelle coïncidant avec le 21 février, proclamée par la Conférence générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en novembre 1999. Munis de banderoles, les manifestants qui se sont rassemblés devant le campus ont démarré leur marche vers le siège de la wilaya de Bouira, où une prise de parole a eu lieu.

La marche s’est déroulée pacifiquement. Un dispositif impressionnant des forces de police a été déployé à travers les ruelles du chef-lieu de wilaya, et des camions antiémeute ont été stationnés à l’intérieur même du siège de la direction de l’éducation de la wilaya.

Des slogans hostiles au pouvoir ont été scandés tels « Pouvoir assassin » et « Bouteflika Ouyahia Houkouma Irhabia (gouvernement terroriste)». Les marcheurs réclament l’égalité entre les deux langues tamazight et l’arabe, dans le domaine éducatif, administratif et politique. Ils ont exigé l’annulation du caractère facultatif dans l’enseignement de la langue amazigh et d’œuvrer à sa généralisation rapide sur le tout territoire national ».

Les étudiants ont réitéré, à travers cette action, leur revendication portant utilisation du caractère latin pour l’enseignement de tamazight.

Réagissant à la création prochaine d’une académie pour la langue tamazight, décidée par le chef de l’Etat dans le cadre du projet de révision de la constitution, les marcheurs ont exigé à ce que cette académie soit gérée par des responsables compétents.

Ils ont appelé, en outre, les pouvoirs publics à dégager de nouveaux postes budgétaires pour l’enseignement de la langue amazigh.

Trois étudiants interpellés par la police

Trois étudiants membres du collectif autonome du département de langue et culture Amazighe de l’université Akli Mohand Oulhadj de Bouira ont été interpellés ce dimanche après-midi, par des policiers juste après la fin de la marche organisée à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la langue maternelle.

Emmenés au commissariat central, les trois étudiants ont été, selon des sources, interrogés sur les initiateurs de cette manifestation et sur cette journée internationale de la langue maternelle. Ils ont été relâchés après avoir signés des PV, a t- on précisé des mêmes sources.

Il faut préciser que les étudiants ayant pris part à la manifestation organisée aujourd’hui ont bloqué à proximité du siège de la direction, la route durant quelques minutes la route, après que des policiers leur ont intimé l’ordre de se disperser. A. F

Source: Elwatan.com

(Visited 62 times, 1 visits today)
Previous Les palestiniens veulent un match retour à Gaza pour aider les algériens à se libérer de Bouteflika
Next Une des plus belles chansons d'amour Kabyle LANI Rabah "hamlar-kem"

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Urgent, appel à la communauté kabyle du Canada

Un des membres de notre communauté en l’occurrence;  Mr Ferhat Chebini, d’origine de Bouzeguene – Village de Sahel, vivant  à Ottawa, père de trois enfants,  est en train de lutter

Actualités Comments

Étudiants étrangers : le titre de séjour pluriannuel (enfin) généralisé

  Les étudiants étrangers obtiendront désormais une « carte de séjour pluriannuelle », après l’expiration de leur premier titre de séjour d’un an. Ce document, accordé pour une durée maximale de quatre

Algérie Comments

Une pétition sur le web pour soutenir Benghebrit

Depuis qu’elle est à la tête de ce département ravagé par des années de régression, la ministre, animée par une volonté de redonner à l’école algérienne ses lettres de noblesse, essuie