99 photos prises en Noir et Blanc pendant la décennie noire par Michael von Graffenried

99 photos prises en Noir et Blanc pendant la décennie noire par Michael von Graffenried

Michael Von Graffenried, « World Press Photo 1989 » le photographe suisse qui a réussi à défier toutes les réalités régnantes durant la décennie noire en Algérie. De la culpabilité d’avoir figé des moments uniques à l’insu de leurs actants, à la création du film documentaire « Guerre Sans Images – Algérie, je sais que tu sais », étant le résultat d’une recherche de pardon auprès des figurants de ses photographies et du lever de voile sur la vérité de scènes capturées à l’aide de son appareil à photos panoramique.

 

 

 

Décénie noir Algerie 80
Arrestation d’un suspect, qui sera emmené au poste de police, interrogé, fiché puis relâché.

Michael Von Graffenried nous dévoile ses clichés inédits de la décennie noire en Algérie. Comment a-t-il pu passer inaperçu pendant toutes ces années ?

Décénie noir Algerie 67
Une jeune femme de Bouira, en Kabylie, écoute le général Lamine Zéroual, qui s’adresse à la population lors de la campagne électorale de novembre 1995. Il est séparé de son public par un grillage.
Décénie noir Algerie 103
Meeting du FIS au stade du 20-Août à Alger, lors de la campagne électorale de décembre 1991. Les militants islamistes venus de toute l’Algérie crient des Allah akbar et prient pour l’Etat islamique de demain.
Déciné noir Algerie 16
Meeting du FIS au stade du 20-Août à Alger, lors de la campagne électorale de décembre 1991. Les militants islamistes venus de toute l’Algérie crient des Allah akbar et prient pour l’Etat islamique de demain.
Déciné noir Algerie 1
Manifestation du FIS sur la place des Martyrs, à Alger, en décembre 1991. Peu après cette photo, ce petit garçon de six ans, les larmes aux yeux, perdra connaissance sur les épaules de son père.
Déciné noir Algerie 2
Le vendredi, la tension règne aux abords des mosquées, Alger, juillet 1992.
Décénie noir Algerie 109
Le Front islamiste du salut recrute ses partisans très jeunes et au sein des couches les plus pauvres de la population, décembre 1991.
Déciné noir Algerie 12
Meeting du FIS sur la place des Martyrs à Alger, décembre 1991
Déciné noir Algerie 5
Pendant un meeting sur la place des Martyrs, à Alger, un membre du service de sécurité du FIS surveille ses propres rangs, décembre 1991.
Déciné noir Algerie 20
Trois générations de femmes algériennes à Touggourt, novembre 1991.
Décénie noir Algerie 108
Les hommes du pouvoir réunis à Alger pendant les funérailles du président Mohamed Boudiaf, juillet 1992.
Décénie noir Algerie
L’armée réagit sans pitié contre la terreur fondamentaliste Alger, juin 1992.
Déciné noir Algerie 28
La veille de la fête de l’Aïd el Kébir, une rue du quartier Kouba à Alger, juin 1994.
Déciné noir Algerie 3
Place des Martyrs à Alger, 1992.
Déciné noir Algerie 11
Dès octobre 1991, après la levée de l’état d’urgence, les islamistes firent de la prière du vendredi un manifeste politique. Les forces de la police barrent l’accès à la mosquée Ibn Badis déjà bondée, dans le quartier de Kouba, à Alger.
Décénie noir Algerie 77
Le quartier Hussein Dey à Alger, 1994.
Décénie noir Algerie 78
Tension dans la rue à Blida, novembre 1995.
Décénie noir Algerie 90
« Patriotes » sur le minaret de la mosquée d’Igoujdal, mars 1995.
Décénie noir Algerie 99
Fatiha a été défigurée dans un attentat à la bombe. Elle devait se marier, elle n’a jamais revu son fiancé, hôpital Mustapha à Alger, mars 1995.
Décénie noir Algerie 115
Couvre feu dans la nuit pendant la campagne présidentielle à Hydra, novembre 1995.
Déciné noir Algerie 27
Les dégâts d’un attentat à la bombe dans la cité Garini, la résidence des policiers de la caserne centrale de Léveilly, dans le quartier de Kouba, à Alger, mars 1995.
Décénie noir Algerie 68
Attentat à la bombe dans la cité Garini, la résidence des policiers de la caserne centrale de Léveilly, dans le quartier de Kouba, à Alger, mars 1995.
Décénie noir Algerie 75
Attentat à la bombe dans la cité Garini, la résidence des policiers de la caserne centrale de Léveilly, dans le quartier de Kouba, à Alger, mars 1995.
Déciné noir Algerie 13
Un homme des forces de sécurité algérienne pendant la prière à l’intérieur de la caserne.Ces policiers sont la cible privilégiée des groupes armés. Des graffitis sur les murs d’Alger les accusent d’être des non-croyants et des ennemis de Dieu.
Décénie noir Algerie 97
A Blida, la mère de Bouslimani, l’un des leaders du parti islamiste le Hamas, pleure son fils assassiné par des membres du GIA parce qu’il refusait de valider leur appel au djihad, la guerre sainte.
Décénie noir Algerie 100
Encouragés par leur mère, ces deux enfants s’adonnent cinq fois par jour aux ablutions et au devoir sacré de la prière.
Déciné noir Algerie 26
Un couple d’amoureux qui s’est isolé au bord de la mer, à Sidi Frej.
Déciné noir Algerie 24
Sur une plage du littoral algérois, une mère de famille surveille ses filles.
Décénie noir Algerie 94
Dans le quartier populaire de la Basse-Casbah, les femmes repèrent tout de suite le photographe, novembre 1995.
Décénie noir Algerie 104
Une fête lors d’un mariage, en novembre 1997 : en privé, les Algériennes mettent en valeur leur beauté. Le drame algérien nous fait parfois oublier que la vie continue.
Décénie noir Algerie60
Des agents de sécurité en civil sur l’autoroute de Blida assurent la sécurité de Mahfoud Nahnah, chef du Hamas, lors de la campagne présidentielle de novembre 1995. Il est le seul candidat à avoir participé à un meeting à Blida, une ville réputée très dangereuse.
Décénie noir Algerie 91
A la suite des massacres, l’armée a fait l’objet de vives critiques. Face à la flexibilité des groupes islamistes armés, sa pesanteur et l’archaïsme de son matériel la handicapent.
Déciné noir Algerie 4
Le général Lamine Zéroual à Bouira, en Kabylie, lors de la campagne présidentielle de novembre 1995.
Décénie noir Algerie 79
Après la prière du vendredi à la mosquée Ibn Badis, dans le quartier de Kouba, à Alger, les femmes en djilbab regagnent leurs maisons pour s’occuper du foyer.
Déciné noir Algerie 17
Des enfants dans les rues du quartier de Bab el Oued, à Alger. 75 % de la population algérienne a moins de trente ans.
Déciné noir Algerie 22
Familles s’échangeant les saha aïdak, les voeux rituels de la fête de l’Aïd el Kébir, juin 1994.
Déciné 9noir Algerie
Le rituel du sacrifice pendant la fête de l’Aïd : égorgement d’un mouton à la mémoire d’Abraham et de son fils Ismaël.
Décénie noir Algerie 98
Le hall de départ de l’aéroport international d’Alger, un an après l’attentat à la bombe qui l’a ravagé.
Déciné noir Algerie 18
Téléthon organisé par la télévision algérienne pour récolter des fonds destinés à la construction de maisons de repos. Des Touaregs, les hommes du désert, se produisent devant le public de la capitale dans le centre commercial de Riadh el Feth, à Alger.
Décénie noir Algerie 93
Les consommateurs d’un bar à Alger. Ils regardent, intrigués, sans se douter qu’ils sont pris en photo, l’objectif du panoramique posé sur le zinc.
Décénie noir Algerie 111
Jeunes désoeuvrés qu’on appelle les Hittistes (« teneurs de mur »), dans le quartier de Bal el Oued, à Alger.
Déciné noir Algerie 31
Jeunes d’Alger rêvant de partir à l’étranger.
Décénie noir Algerie 101
Dans la Casbah, un vieux couple revenant du marché aux légumes.
Décénie noir Algerie 72
A Alger, place Kennedy, dans le quartier d’El Biar. La baguette, denrée de grande importance dont le prix a été multiplié par dix depuis 1991
Décénie noir Algerie 96
Des jeunes filles berbères dans un village sur les hauteurs de la Kabylie. Pour sauvegarder l’héritage berbère, les Kabyles refusent l’application de la loi sur l’arabisation, effective depuis le 5 juillet 1998, qui impose l’arabe comme seule langue officielle.
Décénie noir Algerie 69
Bab el Oued, Alger, 1997. Panique d’un policier en civil dont la voiture banalisée est prise dans les embouteillages du quartier de Bab el Oued, à Alger : l’arme au poing, il tente de se frayer un chemin.
Déciné noir Algerie 34
Des hittistes, jeunes sans travail qui passent leurs journées adossés aux murs. Dans le café de la plage, les chômeurs débattent de sujets politiques ou vendent des Marlboro importées.
Décénie noir Algerie 105
Dans les ruelles de la Casbah, des trabendistes vendent et achètent au marché noir des produits de grandes marques.
Décénie noir Algerie 112
Dans la Maison de la presse à Alger, les rédacteurs du quotidien arabophone indépendant El Khabar préparent l’édition du lendemain. Le bâtiment a été la cible d’un attentat à la bombe le 11 février 1996.
Déciné noir Algerie 7
Barrage de police dans la capitale.
Décénie noir Algerie 70
Commémoration à Azefoune, en Kabylie, en juin 1994, de l’anniversaire de la mort de Tahar Djaout, premier journaliste et écrivain assassiné par les terroristes en mai 1993. Depuis, soixante photographes et journalistes sont tombés sous les balles des terroristes intégristes.
Déciné noir Algerie 10
« Un Etat qui accepte que son élite soit dans la clandestinité n’est pas un ETAT » : tel est le cri de détresse et de colère lancé par les intellectuels et journalistes algériens à Azefoune, en Kabylie, lors de l’anniversaire de la mort de Tahar Djaout, juin 1994.
Décénie noir Algerie 113
Le jour des funérailles du président Boudiaf, assassiné à Annaba en juillet 1992 par un membre de sa garde rapprochée, la population désespérée est descendue dans la rue pour lui rendre un dernier hommage. Les gens scandaient : « Rendez-nous notre Algérie ! ».
Déciné noir Algerie 29
Des militants lisant les derniers bulletins de la direction du FIS, affichés sur les murs de la mosquée el Sunna, dans le quartier de Bab el Oued, à Alger, en avril 1992 ; depuis, le FIS a été interdit. Les prêches se déroulaient alors sous haute surveillance de la police.
Décénie noir Algerie 71
Des agents de la police antiterroriste dans la cour de leur caserne. Le pouvoir a investi beaucoup d’argent dans l’achat de matériel antiguérilla et dans la formation des ninjas.
Déciné noir Algerie 14
Descente d’une brigade antiterroriste dans un café de Château-Rouge, dans la banlieue d’Alger : les consommateurs sont alignés à l’extérieur, face aux murs. Souvent, les ninjas possèdent des listes avec les noms et les photographies des personnes recherchées.
Déciné noir Algerie 23
Dans la plaine de la Mitidja, les arbres en bordure de la route ont été rasés par les militaires pour empêcher les embuscades des groupes islamistes armés contre les convois militaires et les patrouilles de police.
Déciné noir Algerie 6
En mars 1995, l’attentat contre la cité Garini, dans le quartier de Kouba, à Alger, ne fit aucun mort mais soixante-neuf blessés ; la voiture piégée a explosé du côté des cuisines, tandis que les familles des policiers dormaient dans leurs chambres de l’autre côté de l’immeuble.
Décénie noir Algerie 95
La gendarmerie quadrille les abords de la prison de Serquadji, où une mutinerie de détenus a fait plus de deux cents morts parmi les prisonniers. Le CICR n’étant pas autorisé à visiter les prisons algériennes, on ignore quelles sont les conditions de détention.
Décénie noir Algerie 116
Contrôle policier sur une route de la Mitidja.
Déciné noir Algerie 15
Un cimetière près de Raïs, en octobre 1997. En une seule nuit, trois cents villageois ont été massacrés par des groupes armés. La plupart des victimes étaient des femmes, des enfants et même des nouveau-nés.
Décénie noir Algerie 92
Ouahiba, une jeune fille de seize ans, à Raïs, en novembre 1997. Durant le massacre des habitants du village par des terroristes, son grand-père, égorgé, est tombé sur elle et elle a perdu connaissance. Les agresseurs l’ayant crue morte, elle a survécu au massacre et n’a pas été enlevée pour être violée.
Déciné noir Algerie 9
Le cente de Bentalha, après la tuerie du 23 septembre 1997. Les paysans de la Mitidja ne parviennent toujours pas à comprendre ce qui leur est arrivé : il ne reste qu’un profond traumatisme, le désespoir et la peur.
Décénie noir Algerie 107
A l’extérieur du stade du 5 Juillet, à Alger, des supporters de football font la prière.
Décénie noir Algerie 114
Match de football au stade du 5 Juillet, à Alger.
Déciné noir Algerie 8
Des jeunes se font fouiller à l’entrée d’un concert de musique rock, à La Coupole, grande salle de spectacles algéroise.
Décénie noir Algerie 106
Un autobus incendié sur une route à proximité d’Alger. Les terroristes commettent aussi des sabotages sur les trains, les usines et les lignes téléphoniques.
Déciné noir Algerie 25
Sur les murs de la casbah, des graffitis réclament toujours un état islamique, juin 1998.
Déciné noir Algerie 21
Dans la casbah, juin 1998.
Décénie noir Algerie 102
Dans le palais de Aziza à la Kasbah, célébration fastueuse d’une circoncision dans une famille aisée d’Alger, mars 1992.

Déciné noir Algerie 30
Décénie noir Algerie 76

Décénie noir Algerie 48
Un couple se promène dans la rue Ben M’Hidi, au centre d’Alger, un vendredi après-midi, 1994.
Décénie noir Algerie 55
Pour les partisans du FIS, la multiplication des sans abri et des mendiants est l’effet de la corruption des milieux politiques, Alger, 1992.
Décénie noir Algerie 49
Scène de désespoir le jour de l’enterrement de Mohamed Boudiaf, juillet 1992.
Décénie noir Algerie 45
La famille de Tahar Djaout dans la maison natale de l’écrivain, à Azefoune, dans les montagnes de Kabylie, un an après sa mort.
Décénie noir Algerie 62
Dans la discothèque de l’hôtel El Djazaïr, à Alger, juin 1998.
Décénie noir Algerie 37
Jeunes filles en djilbab sur le marché de Belcourt, à Alger. Elles regardent, méfiantes, le photographe dans les yeux sans se douter qu’il est en train de les photographier avec l’appareil panoramique qu’il porte sur le ventre.
Décénie noir Algerie 61
Dans la banlieue d’Alger, deux garçons jouent au policier et au terroriste.
Décénie noir Algerie 38
Des survivants de massacres ont fui leurs villages de la Mitidja et se sont réfugiés dans les bidonvilles d’El Harrach, dans la banlieue d’Alger.
Décénie noir Algerie 35
Journée internationale de la femme, salle Ibn Khaldoun, Alger, 8 mars 1995.
Décénie noir Algerie 46
La grande prière du vendredi devant la mosquée Ibn Badis, dans le quartier de Kouba, à Alger, le lendemain de l’annonce du résultat du premier tour des élections législatives, le 28 décembre 1991. La joie de la victoire ne durera que quelques jours.
Décénie noir Algerie 44
Une famille algéroise dans son salon, novembre 1995.
Décénie noir Algerie 56
Jeunes dans le quartier de Hussein Dey, à Alger, jouant aux dominos.
Décénie noir Algerie 39
Un cadavre trouvé un matin aux abords d’une route à l’extérieur d’Alger.
Décénie noir Algerie 42
Un journaliste dans la chambre d’un hôtel protégé par les militaires et situé dans le complexe touristique de Sidi Fredj.
Décénie noir Algerie 36
Des ninjas dans la caserne de police de Léveilly, à Alger. Les ninjas, comme les appelle la population, sont des agents de la circulation reconvertis temporairement dans la lutte antiterroriste. Une fois la paix revenue, ils reprendront leur travail de policier.
Décénie noir Algerie 41
En mars 1995, à Baraki, dans ce qu’on appelle le « triangle de la mort », les Toyota 4 x 4 blindées des ninjas ratissent les fiefs des groupes armés. Le gouvernement applique sa politique d’éradication.
Décénie noir Algerie 53
Au cimetière El Allia, les proches de membres de groupes armés tués par les ninjas. Sur les tombes fraîchement creusées. Les ninjas tués par les groupes armés sont enterrés dans un autre secteur du cimetière, afin que les familles ne se rencontrent pas, on lit leur nom et l’inscription « Martyr pour l’Algérie »
Décénie noir Algerie 47
Les dégâts d’un attentat à la bombe dans la cité Garini, la résidence des policiers de la caserne centrale de Léveilly, dans le quartier de Kouba, à Alger, en mars 1995.
Décénie noir Algerie 51
Le cimetière des communes de Raïs et de Bentalha reçoit chaque vendredi, les familles des victimes des massacres, novembre 1997.
Décénie noir Algerie 50
Les puits de pétrole de Hassi Messoud, en novembre 1997.
Décénie noir Algerie 52
Sur la place des Martyrs à Alger, en novembre 1997, des sympathisants du FIS continuent de narguer le pouvoir en portant la barbe et la tenue « afghane ». Plusieurs milliers d’islamistes ont été déportés en 1992 vers les camps de détention au sud du pays, on rejoint le maquis, ont été « éradiqués » ou ont choisi l’exil.

Décénie noir Algerie 43

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

(Visited 286 times, 1 visits today)
Previous Francoise Atlan, La française qui interprète la chanson "Ay Al Xir Inu" de Idir
Next Une femme courageuse qui demande de corriger l'histoire: "l'Algérie n'est pas Arabe! "

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Galerie Comments

13 photos rares de la Kabylie (Ain-Zaouia; Tizi-Ouzou) prises pendant la guerre d’indépendance

Photos prise durant la guerre de la libération d’Algérie à Tizi Ouzou, dans la région qui s’appelle L’arch N Bou-Mahni, Ain-Zaouia Partager via FacebookPartager via TwitterPartager via Google+Partager via Email

Galerie Comments

Modèles de robes Kabyle pour été 2016

Partager via FacebookPartager via TwitterPartager via Google+Partager via Email (Visited 9 730 times, 2 visits today) Post Views: 79

Galerie Comments

24 Photos du printemps noir 2001. Attention images choquantes

Partager via FacebookPartager via TwitterPartager via Google+Partager via Email (Visited 4 822 times, 1 visits today) Post Views: 20