Ces bruits étranges qui inquiètent le Maroc

Plusieurs grandes villes du Maroc ont été le théâtre d’une vague de sons très étranges du 3 au 5 janvier. Ces « BNI », pour bruits non identifiés, ont été entendus au coeur de grandes villes comme Casablanca, Rabat, Sale, Tanger, Marrakech et Agadir. A la fois mélodieux et inquiétants, d’après les témoignages des habitants, ces bruits pour le moins étonnants ont suscité une vaste controverse au Maroc, les uns y voyant un signe de Dieu ou la manifestation d’extra-terrestres, les autres, plus rationnels, recherchant des causes scientifiques au phénomène.

Ces sons étranges n’ont pas été entendu qu’au Maroc, mais également en Asie ou en Amérique du nord. Parmi les causes scientifiques (dont aucune ne fait l’unanimité), on cite des micro-tremblements de terre ou encore des émissions électro-magnétiques naturelles émises par notre propre planète qui, selon la NASA, « composent une étrange symphonie que nous pourrions entendre si nous avions des antennes à la place des oreilles ».

(Visited 104 times, 1 visits today)
Previous La Suisse songe à donner 2.300 euros par mois à tous ses citoyens
Next Magnifique hommage à nos pères: Karima "A vava"

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Politiques d’arabisation : Quand le pouvoir falsifie les noms des lieux

La thèse soutenant que les toponymes originaux n’ont pas été modifiés a été démentie par les enquêtes des chercheurs. Il s’avère que les toponymes amazighs ont été tantôt altérés et

Actualités Comments

Pour la première fois, le pouvoir va célébrer le Printemps berbère

Une première : les autorités entendent célébrer le « Printemps berbère » coïncidant avec la date du 20 avril de chaque année. Lors d’une cérémonie de remise de cartes professionnelles aux

Actualités Comments

Le scandale de la semaine : Pourquoi le concert de Massi a été interrompu

Mardi 8 mars, le chanteur kabyle Massi a, à peine débuté son spectacle à la salle Ibn Khaldoun à Alger, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes,