Tin Hinan, entre légende et réalité

Tin Hinan, entre légende et réalité

La légende débute comme dans un conte de fée et, comme dans celui-ci, elle relate l’histoire d’une princesse qui connait bien des vicissitudes mais triomphe finalement de tous les obstacles pour, au dénouement, selon la traditionnelle formule, se marier et avoir beaucoup d’enfant.
Ce conte de fée peut également être considéré, d’un point de vue anthropologique, comme le mythe de création de la société touarègue.
La légende raconte, en effet, que Tin Hinan, accompagnée d’une troupe d’esclaves dont sa fidèle servante Takamet, aurait quitté le Tafilalet, au sud du Maroc, pour se diriger vers l’Ahaggar.  Au cours de ce long voyage, la caravane fut mise en péril à plusieurs reprises. Il arriva que les vivres s’épuisèrent et que Tin Hinan faillit mourir d’inanition. Elle fut sauvée in extremis par l’astucieuse Takamet qui recueillit les grains amassés dans des fourmilières et les offrit à sa maîtresse. La caravane put ainsi reprendre sa route et gagner saine et sauve l’Ahaggar. Là, Tin Hinan se serait mariée et aurait donné naissance à trois fils dont l’un, Houar aurait laissé son nom au massif montagneux.
Elle serait ainsi l’ancêtre maternelle des tribus nobles touarègues.
Dans ce mythe, elle apparaît comme une figure de proue et illustre parfaitement le caractère matriarcal de la société touarègue.
Le nom de Tin Hinan est lui aussi porteur de sens, de plusieurs sens même. Il pourrait s’agir d’un surnom, « celle des tentes (ehen, pl. iharen), allusion au boitement qui retiendrait la personne ainsi dénommée près du campement. Ce terme peut a

Tinhinan - Le Squelette au moment de ma découverte
ussi vouloir dire « celle des chambres » pour désigner la personne inhumée dans le tombeau qui, précisément, est un monument à chapelles, c’est-à-dire à plusieurs chambres.
Des travaux plus récents proposent de lire Ta-n-Ihinan, qui signifie en tamahaq « la voyageuse », en rappel au long périple effectuée par l’interpelée. Toutes ces données, quoique vivaces dans la mémoire collective des Touareg, restent vagues d’un point de vue scientifique. Comme dit une vieille femme citée par B. Dida, Tin Hinan est dans le vent, à la fois présente et intangible.
Que ne donnerait-on pour donner corps à ce mythe ? C’est ce qu’ont tenté de faire, en 1926, les découvreurs d’un squelette qui aussitôt l’attribuèrent à cette reine légendaire, suivi en cela et depuis, par de nombreux auteurs.
Retrouvé à Abalessa dans l’Ahaggar, le squelette, exposé au musée du Bardo (avant les travaux de restauration), au lieu de nous la matérialiser, semble l’éloigner encore. Car aucune donnée concrète, aucune inscription, ne prouvent qu’il s’agit bien d’elle. Pire encore, une étude anthropo-physique réalisée en 1968 aurait tendance à conclure à un squelette … de sexe masculin !
Certes, le trésor qui l’accompagne ainsi que l’inhumation dans un tombeau témoignent qu’il s’agissait d’un personnage important. Le boitement évoqué par une des interprétations étymologiques du nom de Tin Hinan est vérifié sur le squelette puisqu’on observe une lombarthrose et une diminution du diamètre du fémur droit. Faut-il prendre en compte, pour le cas qui nous préoccupe, les écrits d’Ibn Khaldoun qui relate, au XIVème siècle, qu’une certaine Tiski la boiteuse, régnait sur les hommes du désert ? Là aussi, en contradiction avec les datations obtenues au carbone 14 (470+130 ans ap. J.-C.), l’argument est loin d’être définitif et le mystère persiste donc.Fibule impériale de capouc, italie,? trésor du Tenes
Mais si la fonction du musée est de montrer, à titre éducatif, les choses telles qu’elles sont, sans fioritures, ni enjolivures, celle du conte, revenons-y, n’est-elle pas de faire rêver ? Alors, dans l’attente de données décisives, laissons-nous aller à rêver qu’une princesse est endormie, certainement pour longtemps encore, au musée du Bardo.
Nagète Aïn-Séba, présidente de l’Association
Tinhinan, pendentif
Algérienne pour la Sauvegarde et la Promotion du Patrimoine Archéologique.
Bibliographie citée :
  1. BADI D., 1994 – Ta-n-Ihanan – Tin Hinan, un modèle structural de la société touarègue. Etudes et documents berbères. Edisud.
  2. CAMPS G., 1961 – Le tombeau de Tin Hinan à Abalessa. Institut de Recherches Sahariennes, t. XXIV.
  3. CHAMLA M.-C., 1968 – Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes. Etudes des restes osseux humains néolithiques et protohistoriques. Mémoires du CRAPE, t. IX. Paris.
  4. Source: Babzman.com
(Visited 1 435 times, 1 visits today)
Previous Lounès Matoub De A à Z
Next Prénoms Amazighs et leurs significations.

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Histoires Comments

93 sites antiques de l’Afrique du nord

Inumiden.com vous présente les principaux sites antiques de l’Afrique du nord à travers deux cartes en haute résolution, il suffit de cliquer sur l’une d’elles pour l’agrandir. Principaux sites de l’Afrique du nord.

Histoires Comments

Ce que fut l'Alger ottoman avant que la France coloniale n'en détruise les deux-tiers

Elle s’appelait Djazaïr des Beni Mezghenna, du nom de la tribu amazighe qui y habitait, puis Djazaïr Ethaaliba, en référence à une tribu hilalienne arabe qui s’y est établie à

Histoires Comments

Rôle et statut social des femmes algériennes à travers l’histoire

Pendant des siècles, les historiens se sont surtout intéressés à l’histoire des hommes en ignorant sciemment une bonne moitié de l’humanité, et davantage celle concernant l’histoire des femmes au Maghreb