L'étymologie du mot "Yennayer"

Appelé également Yennar dans l’Aurès, Ennaïr, ou Ennayer dans l’ouest algérien, Yennayer est le premier mois de l’année chez les berbères.

Le mot Yennayer correspond au premier mois du calendrier romain : «Ianiarius». Ce mois est dédié au dieu « Janus », divinité des seuils, symbolisant le renouveau chez les romains. Il est écrit « Ianus », en latin classique, « Ian », en latin archaïque.Il est représenté avec deux visages opposés, l’un tourné vers le passé et l’autre tourné vers le futur. Si la filiation du yennayer avec le Ianiarius romain est avérée, il nous reste à déterminer sous quelle forme intermédiaire, ce vocable a été introduit en Afrique du nord.

Janus est représenté avec deux visages opposés

Janus est représenté avec deux visages opposés

La première fois que le mot « Yennayer » apparait dans l’histoire, ce fut en Andalousie musulmane. En effet, dans deux poèmes rédigés par le turbulent auteur cordouan Muhammad Ibn Quzman (1078-1116) (poèmes 40 et 79 de son Diwan [1]) le poète utilise le terme « aïd al Yannayr » pour évoquer les célébrations du 1er Janvier. Aujourd’hui encore considéré comme le maître du genre poétique zajal (lequel, par son aspect populaire, s’oppose à la qasida, plus formelle), Ibn Quzman, poète ribaud, buveur et aventurier, est un des premiers auteurs arabophones d’Al-Andalus à utiliser un grand nombre de termes romances dans ses textes. Là où le bon goût de l’époque demande que l’on use d’un arabe châtié, Ibn Quzman n’hésite pas à puiser dans l’arabe populaire andalou [1], lequel a absorbé de nombreux mots romances, idiome intermédiaire entre le latin et l’espagnol. L’existence de ce Yannayr romance est confirmée par le docteur religieux malékite Abu Bakr Muhammad al Turtusi (1059-1126), qui affirme dans son ouvrage contre les nouveautés et les innovations en religion intitulé Kitab al hawadit wa-l bida que les mozarabes (chrétiens de souche hispanique vivant en Al-Andalus) célèbrent chaque année Yannayr en mangeant des fruits frais.

A partir du XII les traités d’astronomies des savants andalous, comme le célèbre calendrier de Cordoue écrit par Recemundo, ont introduit en Afrique du nord le calendrier julien, et avec lui le terme hispano-romance «Yannayr».
Ce dernier sera berbérisé en Yennayer,Yennar, Ennayer , Naïr , suivant les régions .

Jugurtha Hanachi | Inumiden.com

(Visited 72 times, 1 visits today)
Previous Les origines du calendrier Amazigh
Next Jamais vous n’aurez la langue de ma mère !

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Histoires Comments

« Cacnaq » ou Sheshonq Ier : Un berbère fondateur de la XXIIe dynastie en Egypte !

C’est en l’an 950 an avant Jésus Christ que ce désecndant d’un chef lybien (berbère) qui a établi sa domination sur Hiérakléopolis, en Moyenne-Égypte vers 1180 av. J.-C., qu’il réussit

Histoires Comments

MASSINISSA, le célèbre roi numide

Massinissa, dont le nom était transcrit MSNSN sur les stèles libyques -à lire probablement mas n sen « leur seigneur »- était le fils du roi Gaïa. On connaît très peu de

Histoires Comments

HISTOIRE DES BERBÈRES le documentaire.

Partager via FacebookPartager via TwitterPartager via Google+Partager via Email (Visited 1 472 times, 1 visits today) Post Views: 14