Actualités

Produits alimentaires: Augmentation générale des prix

Les prix des produits alimentaires de large consommation ont connu depuis quelques jours une hausse parfois exorbitante. C’est du moins le constat que nous avons établi lors de notre virée hier dans des surfaces de vente de produits alimentaires de la capitale.

Depuis le 1er janvier, des commerçants appliquent de nouveaux prix, notamment pour les produits alimentaires. Si certains commerçants attendent d’épuiser leurs anciens stocks pour placarder les nouveaux prix, d’autres ne perdent pas une minute. Ils affichent, d’ores et déjà, une révision de certains tarifs, à l’instar de ceux du yaourt, du fromage, du sucre, des détergents et des couches pour bébés.Entre autres, on peut citer le fromage «La vache qui rit» qui passe de 105 DA au mois de décembre à 110 DA la boîte de huit portions, alors que la boîte de 16 portions, qui était à 180 DA, est à 210 DA et que les 24 portions passent de 280 à 310 DA. Un pot de yaourt Soummam qui était vendu à 17,5 DA était exposé hier dans quelques supérettes d’Alger-Centre à 25 DA. Le prix du sucre a atteint quant à lui 80 DA au lieu de 78 DA au mois de décembre. L’augmentation des prix des produits de base engendrera, selon des commerçants, une hausse des autres produits alimentaires, notamment les boissons gazeuses et les jus de fruits.

D’autres commerçants abordés à ce sujet expliquent que la majorité des produits alimentaires sont pour l’instant vendus selon les anciens prix. Ceci, nous a-t-on précisé, ne sera pas le cas une fois les anciens stocks épuisés. «On attend de voir les nouveaux prix imposés par les grossistes pour pouvoir les afficher», souligne un commerçant rencontré à El Mouradia.

Pas d’hiver, pas de légumes !

Alors que la pluie n’est toujours pas au rendez-vous en cette saison hivernale, les prix des légumes sur le marché ne cessent d’augmenter. A titre d’exemple, le kilo de navets a atteint les 70 DA. Idem pour le chou-fleur ou la betterave qui ont aussi augmenté, alors que le poivron est devenu «un luxe» au prix de 240 DA/kg. «La semaine prochaine, nous allons épuiser nos stocks, et si la pluie ne tombe pas, il n’y aura pas de produits à disposition et, dans ces cas-là, les prix augmenteront encore», a affirmé un commerçant à Bab El Oued.

«Les prix des légumes étaient assez abordables cette année, mais la persistance de la sécheresse risque d’engendrer une crise d’eau et d’irrigation des terres agricoles, ce qui posera le problème de la disponibilité des légumes. J’espère que la pluie sera de retour ces jours-ci pour atténuer la hausse des prix du carburant», espère-t-il. Le même interlocuteur explique que l’hiver de cette année étant doux, les consommateurs s’étaient peu tournés vers les légumes de saison (poireaux, choux, navets, carottes…).

Cependant, «si jamais le froid pointe le bout de son nez comme annoncé, on enregistrera une consommation en hausse des produits de saison, carottes, poireaux, fenouil et navets dont les prix augmenteront certainement, puisque leur semence n’était pas importante cette année».

Cliquez ici pour lire l’article depuis sa source

(Visited 90 times, 1 visits today)

Sofiane H.

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3