5 caravanes sillonneront 14 villes d'Algérie pour célébrer Yennayer 2966

Le nouvel an amazigh 2966 sera célébré à travers cinq caravanes culturelles qui sillonneront à partir d’Alger 14 autres villes d’Algérie du 10 au 13 janvier, a annoncé le secrétaire général du Haut commissariat à l’Amazighité (Hca), Si El Hachemi Assad.

Organisé pour la première fois par le Hca, cette tournée culturelle prendra son point de départ du Palais de la Culture Moufdi Zakaria à Alger, avant de faire escale à Tizi Ouzou, Mila, Guelma, Bouira, Bejaia, Oran, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Ghilizane, Ain Defla, Sidi Bel Abbés, Tlemcen et Jijel.

Ces caravanes devront contribuer à l’effort de « sensibilisation » et à la « préparation à la généralisation progressive » de Tamazight au reste des régions d’Algérie, a expliqué à l’APS Si El Hachemi Assad qui rappelle que cette langue ancestrale est déjà enseignée dans 23 wilayas sur les 48 que compte l’Algérie.

Selon le Hca, 251797 élèves ont été recensés en classe de Tamazight durant l’année scolaire 2014-2015, sans compter ceux des nouvelles wilayas ayant adopté le programme d’apprentissage de cette langue, comme El Bayedh, Illizi, Tipaza, Saïda, Ghardaïa ou encore Bechar.

Pour cette année, un programme pédagogique sera organisée le 12 janvier en partenariat avec les ministères de l’Education nationale et de la Culture et concernera 28 mille établissements scolaires à travers toute l’Algérie, a indiqué le SG du Hca.

Il estime que ces caravanes culturelles sont une opportunité pour exprimer la détermination du Hca à donner à ces festivités un « caractère national », de même qu’elles traduisent l’ « intérêt des institutions de l’Etat » porté à Tamazight.

La célébration du nouvel an amazigh, a-t-il dit, est aussi l’occasion de rappeler la nécessité de « réhabiliter » cette pratique ancestrale et de lui donner la « place légitime » qui lui revient en la célébrant dans l’espace public.

Lancée par le Hca en collaboration avec l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement des adultes Onaea et l’association Iqra, les cinq caravanes culturelles feront la tournée des centres d’alphabétisations des villes où elles sont attendues.

Selon M. Assad, 352 élèves inscrits dans ces villes (Alger, Boumerdès, Tizi Ouzou, Oran, Oum El Bouaghi, Bouira, Bejaïa et Setif) bénéficieront du programme d’apprentissage de Tamazight.

Des inspecteurs de Tamazight, des représentants de l’Onaea, ainsi que des poètes et hommes de lettres accompagneront les cinq caravanes pour sensibiliser les habitants de ces régions à la pratique de Tamazight et permettre la généralisation progressive.

Les adultes amazighophones, premiers concernés par l’apprentissage de Tamazight, seront invités à s’inscrire aux programmes d’alphabétisation, également ouverts aux non amazighophones.

le Hca, qui organise depuis 1999 la célébration de Yennayer, avait lancé en janvier 2015 une seule caravane, partie d’Alger à destination de plusieurs villes.

Lire l’article depuis sa source.

(Visited 28 times, 1 visits today)
Previous Patrimoine: Yennayer sera-t-il un jour consacré fête nationale ?
Next Le Musée Berbère de Marrakech, le plus visité au Maroc (600 000 visiteurs par an)

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Vers la fin de la gratuité des soins totale en Algérie

L’avant-projet de loi relatif au système de santé, présenté hier, mercredi 26 août, en Conseil du gouvernement, ouvre la voie à une « contribution » des bénéficiaires de soins au

Actualités Comments

Béjaïa: la justice ordonne la démolition du port sec du fils de Boustilla

Le tribunal de Béjaïa s’est prononcé mardi sur l’affaire du «port sec» construit illicitement sur la RN 9 à proximité de l’aéroport Abane-Ramdane. Force est de souligner que certains avancent

Actualités Comments

chakib khelil se rendra t-il demain à Seddouk (Béjaia) ?

Après ses dernières sorties dérangées et dérangeantes dans des zaouïas de Annaba et Chlef, l’ex-ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, n’en démord pas ; il s’intéresse à présent aux