Ibn Khaldoun : Un intelectuel Amazigh 1er fondateur de la sociologie

Ibn Khaldoun, un amazigh de l’époque de la dynastie amazighe mérinide, il a arrêté sa vie politique à l’âge de 42 ans (1374) et se met fiévreusement à écrire pour la postérité les raisons profondes, qui se sont peu à peu imposées à son esprit, de ce phénomène de décadence dynastique qu’il compare à la croissance et à la vieillesse de l’être humain.

Il est persuadé d’assister au début du déclin du Nord de l’Afrique. Sa célèbre Moqaddima (introduction) à l’histoire du Maghreb, qu’il écrira par la suite, est une véritable analyse spectrale d’un pays qu’il connaît parfaitement pour l’avoir parcouru en tous sens et parfois gouverné. Texte remarquable par la recherche des causes et des effets, qui donne à son auteur la gloire d’avoir précédé de plusieurs siècles Descartes, Montesquieu, Michelet, et même Marx, et d’être redevenu aujourd’hui un moderne. Ibn Khaldoun a du reste conscience d’avoir découvert une science nouvelle, celle de l’évolution des sociétés, que l’on appellera plus tard sociologie.

Taoughzout refuge historique de A.Ibn Khaldoun

Le séjour d’Ibn Khaldoun

De 1375 à 1378, Taoughazout offre à Abderrahmane Ibn Khaldoun pourchassé par ses ennemis, un havre de paix, la forteresse médiévale lui inspire de deux ouvrages importants: kitab El Ibar et les Prolégomènes.

il est né 1332 et assassiné à Tlemcen en 1406.

« Ibn Khaldoun (…) a été l’un des premiers théoriciens de l’histoire des civilisations. Arnold Toynbee dit de lui qu’il a ‘ conçu et formulé une philosophie de l’Histoire qui est sans doute le plus grand travail qui ait jamais été créé par aucun esprit dans aucun temps et dans aucun pays . « 

Sa famille, s’était fixé d’abord à Séville où elle avait occupé une importante situation, puis elle était venue s’établir à Tunis auprès des princes Amazighs Hafsides qui lui prodiguèrent des marques de leur bienveillance et lui confièrent de hauts emplois.

Il avait une existence tourmentée dans laquelle il passa la plus grande partie de son existence, allant de Tunis à Fez, de Fez en Espagne, d’Espagne à Bougie, puis à Tlemcen, tantôt ambassadeur ou premier ministre, tantôt disgracié et jeté en prison.

La statue d’Ibn khaldoune
devant la cathedrale de Tunis
La statue d’Ibn khaldoune
devant la cathedrale de Tunis

Source: amazighworld.org

 

(Visited 134 times, 1 visits today)
Previous Conte Kabyle: Moc Adarghal (Moch l'aveugle)
Next Zidane qui parle de ses racines: " la Kabylie est dans mon cœur"

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Personnalités Comments

Cela s’est passé un 27 décembre 1946 … Décès de Cheikh Al-Mahdi

Le chanteur et artiste Cheikh El Mahdi de son vrai nom Allam El Mahdi est décédé, le 30 décembre 2009, à l’hôpital de Sidi Aïch où il était hospitalisé depuis

Personnalités Comments

Afulay (Apulée), l’écrivain amazigh

  1 – Afulay (Apulée), un écrivain amazigh Il était une fois un écrivain amazigh sans l’être. Destin écrit, mais jamais transcrit. C’est bien Afulay. Né en 125 à M’daourouch

Personnalités Comments

Ait Menguellet, La vie du poète  

      1-Naissance et enfance:     Abdenbi Aït Menguellet est né au cœur du Djurdjura le 17 janvier 1950 à Ighil Bwammas. Il fut prénommé Lounis par sa grand-mère après