Jean el Mouhoub AMROUCHE, Biographie

Jean Amrouche, de son nom Jean El-Mouhoub Amrouche, naît le 7 février 1906 en Kabylie (Algérie), sur le versant sud de la vallée de la Soummam, dans l’un des villages kabyles de la commune d’Ighil Ali, et meurt le 16 avril 1962 à Paris.
Kabyle d’origine et de culture, la colonisation a fait de lui un chrétien avec le français comme langue, ce qui lui donne le sentiment d’être exilé dans son propre pays. L’image de l’innocence perdue et de l’enfance hante sa poésie, toute à la recherche de lumière. Une part de son œuvre encore non publiée se découvre progressivement, révèlant un poète important, universel. En exprimant en français les Chants berbères de Kabylie, il en fait un trésor de la poésie universelle.

Convertie au christianisme, la famille de Jean Amrouche s’installe à Tunis. Après de *brillantes études secondaires, Jean Amrouche entre à l’École Normale de Saint-Cloud. Il est ensuite professeur de Lettres dans les lycées de Sousse, Bône et Tunis, où il se lie avec le poète Armand Guibert, et publie ses premiers poèmes en 1934 et 1937. Pendant la Seconde Guerre, il rencontre André Gide à Tunis, et rejoint les milieux gaullistes à Alger.

Jean Amrouche est, de février 1944 à février 1945, à Alger, puis de 1945 à juin 1947 à Paris, le directeur de la revue L’Arche, éditée par Edmond Charlot, qui publie les grands noms de la littérature française (Antonin Artaud, Maurice Blanchot, Henri Bosco, Joë Bousquet, Roger Caillois, Albert Camus, René Char, Jean Cocteau, André Gide, Julien Green, Pierre-Jean Jouve, Jean Lescure, Henri Michaux, Jean Paulhan, Francis Ponge …).

Jean Amrouche réalise simultanément de très nombreuses émissions littéraires, sur Tunis-R.T.T. (1938-1939), Radio France Alger (1943-1944), et surtout Radio France Paris (1944-1958), dans lesquelles il invite philosophes (Gaston Bachelard, Roland Barthes, Maurice Merleau-Ponty, Edgar Morin, Jean Starobinski, Jean Wahl), poètes ou romanciers (Claude Aveline, Georges-Emmanuel Clancier, Pierre Emmanuel, Max-Pol Fouchet, Jean Lescure, Kateb Yacine) et peintres (Charles Lapicque).

Il est l’inventeur d’un genre radiophonique nouveau dans la série de ses entretiens, notamment ses 34 Entretiens avec André Gide(1949), 42 Entretiens avec Paul Claudel (1951), 40 Entretiens avec François Mauriac (1952-1953), 12 Entretiens avec Giuseppe Ungaretti(1955-1956).

Après avoir été mis à la porte de Radio France par le Premier ministre de l’époque, alors qu’il sert d’intermédiaire entre les instances du Front de Libération Nationale] algérien et le général de Gaulle dont il est un interlocuteur privilégié, Jean Amrouche ne cesse à la radio suisse, Lausanne et Genève, de plaider de 1958 à 1961 la cause algérienne. Il meurt d’un cancer quelques semaines après l’accord du cessez-le-feu.

Jean Amrouche a tenu de 1928 à 1961 un journal qui demeure inédit.

 Source: La-Kabylie
(Visited 88 times, 1 visits today)
Previous Conte Kabyle: Conte du chat
Next IDIR Ssendou - Sendou (Baratte) + traduction

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Personnalités Comments

Fadhma Ath Mansour Amrouche

Fadhma Aït Mansour, originaire de Tizi Hibel, est née présumée en 1882. Sa mère était de Taourirt Moussa dans les proches environs. Leur histoire est douloureuse, voire dramatique. C’est un

Personnalités Comments

Youssef Zirem un artiste des mots, un écrivain exigeant et patient "Pour l’amour et la liberté des mots"

Youssef Zirem est un artiste des mots, un écrivain exigeant et patient qui sait qu’il faut du temps pour écrire, construire une œuvre. C’est aussi un journaliste qui aime donner

Personnalités Comments

Saint-Augustin, les confessions d’un Amazigh…

Il est peut-être l’Amazigh le plus connu de par le monde. Mais on ne dit pas ailleurs qu’il est Amazigh. On préfère taire ses origines ou se contenter de dire