JUGURTHA roi, guerrier et résistant

JUGURTHA roi, guerrier et résistant

Jugurtha (du berbère Yugurthen) est un roi de Numidie né vers 160 av. J.-C., mort vers 104 avant J.-C. Personnalité de valeur, il s’oppose durant sept ans à la puissance romaine, entre 111 et 105.

Jugurtha est le petit-fils du roi numide Massinissa dont le tombeau se trouve à Cirta (actuelle Constantine). Son père est Mastanabal, frère de Micipsa, tandis que sa mère est une esclave concubine. Comme c’est un successeur potentiel (le fils légitime de Mastanabal, Gauda, étant maladif), Micipsa, roi de la Numidie à l’époque, veut se débarrasser de Jugurtha en l’envoyant en Hispanie (Espagne) combattre avec les troupes auxiliaires de l’armée romaine. Jugurtha se montre brave et courageux, et l’armée numide et romaine est victorieuse à Numance. Jugurtha s’est fait beaucoup d’amis à Rome (non seulement grâce a sa valeur mais aussi, quand il le faut, grâce à son argent) et c’est peut-être suite à des pressions par les Romains que Micipsa finit par l’adopter trois ans avant sa mort, ce qui en fera l’un des héritiers du pouvoir: après la mort le royaume est partagé entre les fils Adherbal et Hiempsal et le fils adoptif Jugurtha. Pour régner seul, Jugurtha élimine ses cousins Hiempsal et Adherbal (qui le haïssent et le méprisent pour son ascendance maternelle). Il utilise la ruse et la corruption pour éviter que Rome ne remette en cause son accession au trône. Au terme d’une longue guerre, il est livré aux Romains par son beau-père Bocchus, roi de Maurétanie en 105.

Jugurtha meurt en captivité vers 104. Le conflit entre Rome et le roi numide nous est surtout connu grâce à La Guerre de Jugurtha «Bellum Jugurthinum» de l’historien romain Salluste. YUGURTHA Micipsa laissa deux enfants: ADHERBAL et HIEMPSAL. Mais se conformant aux recommandations de son père l’aguellid MASSINISSA, (certains historiens prétendent qu’il s’agissait plutôt des recommandations de Scipion le romain) Micipsa fait de son neveu Yugurtha, son héritier exactement au même titre que ses deux autres fils. Cette conception, inspirée ou non par les romains, répondait en tout cas très bien à leurs desseins qui étaient de semer la discorde entre les amazighs en les divisant entre eux. En effet, il avait été difficile pour les romains étant donné l’état d’esprit du peuple amazigh et les faibles forces romaines en Afrique d’entreprendre une véritable conquête armée. Ainsi, cette intervention politique permettait des dissensions au sein même du pouvoir amazigh et les romains, pourraient alors implanter aisément leur colonie. Dès la mise en place du Triumvirat, les romains firent en sorte que les deux frères, Adherbal et Hiempsal s’opposent à leur cousin Yugurtha. Yugurtha, reprenant la politique de son grand-père Massinissa voulait en effet faire admettre à ses cousins la nécessité de limiter l’invasion de colons (commerçants et autres italiens) en imposant aux colons commerçants des limitations dans leurs activités.

 

(Visited 1 376 times, 1 visits today)
Previous TICHY (BÉJAÏA) : La ville croule sous des tonnes d'ordures
Next Matoub Lounès- "Tighri n taggalt" (La révolte de la veuve) Traduction

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 726 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Histoires Comments

LISTE DES DIRIGEANTS DE L’ALGÉRIE DEPUIS L’AN 215 AVANT J.C !

Cet article est un énoncé de noms, des rois et dirigeants qui ont été à la tête de l’Algérie et ce depuis l’an 215 avant J/C , et non pas

Vidéos Comments

L’histoire des Amazighs. (Documentaire)

Un entretien avec l’historien Bernard Lugan sur l’histoire des Amazighs, depuis la nuit des temps à nos jours. La genitique, l’histoire, les invasions arabes, le processus d’arabisation des Amazighs, les

Histoires Comments

Rôle et statut social des femmes algériennes à travers l’histoire

Pendant des siècles, les historiens se sont surtout intéressés à l’histoire des hommes en ignorant sciemment une bonne moitié de l’humanité, et davantage celle concernant l’histoire des femmes au Maghreb