Le festival Raconte-Arts à Iguersafene en Kabylie

Il s’appelle Iguersafene, ce qui étymologiquement signifie situé entre deux rivières (Assif Aït Hendis et Assif n’Abd Laali). Il est situé pas loin de Bouzeguène à une soixantaine de kilomètres de Tizi Ouzou, il est classé plus beau village de Kabylie en 2014…

           Il s’appelle Iguersafene, ce qui étymologiquement signifie situé entre deux rivières (Assif Aït Hendis et Assif n’Abd Laali). Il est situé pas loin de Bouzeguène à une soixantaine de kilomètres de Tizi Ouzou, il est classé plus beau village de Kabylie en 2014. Il a été choisi pour accueillir la 12ème édition du festival Racont-Art, qui se déroule du vendredi 24 au Vendredi 31juillet 2015. Artistique, créative mais aussi festive, cette manifestation revient chaque année pour animer un village kabyle.

          On est bien loin du festival de la première édition, qui a vu le jour en 2004 grâce une rencontre entre Hacène Metref, président de la Ligue des arts cinématographiques et dramatiques de Tizi-Ouzou, Salah Silem, spécialiste en art graphique (décédé depuis) et Denis Martinez, plasticien exilé en France. Depuis cette manifestation a mûri d’année en année pour devenir le rendez-vous culturel par excellence de Kabylie. Itinérant depuis sa création, il a accueilli cette année plus de 250 artistes de tout bord venus de France, de Tunisie, du Congo, du Liban et d’Algérie et qui implique les villageois à tous les niveaux.

          Le festival Raconte-Arts qui se veut populaire et rassembleur a fait la part belle à toute les formes artistiques. Il a rassemblé des conteurs, des poètes, des écrivains, des cinéastes, des comédiens, des conférenciers, des musiciens etc. Pas seulement, des chanteurs étaient là pour animer et égayer ces soirées estivales.

          C’est à Denis Martinez, compagnon du festival depuis sa création, qu’est revenu l’honneur de faire  d’ouverture avant de prendre pour toile le mur de la place centrale du village. La soirée vernissage s’est prolongée dans un coin du village avec d’autres plasticiens.  

          Le public a eu droit à un récital de poésie avec Fairouz Laradi, Noufel, Hadjira Oubachir, Bouzeboudja, Naima Mehailia ,Makhlouf Boughareb, Kaci Oussadoun, Ahcene Mariche ou encore Salima salam. La nuit du conte, coordonnée par Jorus Mabiala, a particulièrement été appréciée. Mohamed Adi Bouafia, Cahina Bari, Kada Bensmicha, Athmane Agoudjil, Mzoughi Yousra (Tunisie), Nassim Alwan (Liban) et Djazia Ait Kaki ont bien fait voyager les présents à travers le temps et l’espace.

         Côté cinéma et théâtre, le public a eu à découvrir ou redécouvrir notamment « Arezki, l’indigène » de Djamal Bendedouche, « Fatma n’Soumeur» de Belkacem Hedjadj, « Slimane Azem, une légende de l’exil » de Rachid Merabet. Le 4e art était représenté par Zehdar eddar, une pièce d’une troupe tunisienne. Kahina Bari a de son côté présenté son monologue El oued el oued, alors que Myriam Hamani a séduit le public avec son spectacle sonore intitulé Tighri n lebhar.

          Le festival n’a pas oublié les écrivains. Un salon du livre leur a été réservé pour rencontrer le public et une vente-dédicaces. On aura remarqué entre autres la présence de Said sadi, Mouloud Ounoughene, Hend sadi, Ahcene Mariche, Malika Fecih, Maamar Farah, Tiziri At Umazigh, Yacine Kekifa, Louisa Kaci, Moez Guettaf, Hocine Haroun… Mabiala Jorus, un conteur Congolais, était là pour une dixième participation à Raconte-arts.

          Concernant la musique et la chanson plusieurs artistes, et non des moindres, ont répondu présent pour donner un cachet également festif au festival. La troupe Diwan gnawa de Blida du maâlem Behaz, la troupe Karkabou El Ouahat de Ouargla, le groupe Debza, Rabah Inasliyen, cheikh Sidi Bemol, Akli D, Malek Bachi, Malik Kazoui, Karim Djerroud, Abdelhak Sahel, Kenza Enni, Riadh Aldjia se sont relayés sur scène pour faire danser le nombreux public venu de toute la région.

          Que serait un festival sans des ateliers ? Raconte-Arts leurs a réservé une bonne place. On citera les ateliers écriture animés par Julien Barret et Marion De Dominics ; les ateliers arts plastiques animé par le groupe Maken et Lyes Raab ; les ateliers musicaux animés par Matthias Comby ; Oriane Costes-Peignelin et par Fauve Beauvieux ; l’atelier dessine moi une histoire » animé par Nassima Cherfaoui et Ouerdia Abib ; l’atelier photos en plein air animé par Houdaifa Amar ; l’atelier vidéo animé par Omar Sadeg ; l’atelier fabrication de bougeoirs animé par Sarah Zertal ; l’atelier cirque animé par Xavier Eripel…

          Le festival Raconte-Arts a voulu également réinventer l’esprit de Tajmaât, cette organisation démocratique ancestrale de la société kabyle qui tend à disparaître. Un forum intitulé : «La place de tajmaât dans la modernité» et la projection d’un documentaire sur le tajmaât réalisé par Abderrahmane Krimat lui étaient réservé. Les représentants des associations RAJ, Amusnaw, Relais et Solidarité, Réseau Wassila, Café littéraire de Bejaia, Adrar N Fad, Etoile du Sud, la LACD et le Comité de village d’Iguersafene ont pris part à ce forum pour débattre «Les projets associatifs autonomes et structurants annonciateurs d’une vraie société civile: cas d’école».

Bon vent à ce festival unique en son genre, et que renaisse la Kabylie !

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Par Mus

(Visited 206 times, 1 visits today)
Previous Timechret ou Taouzaât (LEWZI3A)
Next Ali Amrane, le symbole du rock kabyle

About author

Sofiane H.
Sofiane H. 725 posts

Passionné du web, des réseaux sociaux, et du design ;) Photographie <3 Amoureux du vélo :D et du Voyage :3

View all posts by this author →

You might also like

Actualités Comments

Vidéo. Batna: De violentes manifestations sous le slogan d’«ulac smah ulac»

Des émeutes ont éclaté dans plusieurs localités de la wilaya de Batna, a-t-on appris de différentes sources. Selon des correspondants de presse, des jeunes se sont attaqués, dans la journée

Actualités Comments

Les services de sécurité tentent d’empêcher le congrès du MAK

Les services de sécurité ont tenté ce vendredi 26 février d’empêcher la tenue du congrès du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, MAK, en procédant à l’interpellation de nombreux militants

Actualités Comments

Près de 8 000 Algériens expulsés de l’étranger en 2015

Le nombre d’Algériens expulsés de l’étranger a augmenté d’un peu plus de 9% en 2015 pour atteindre 7 835 personnes, contre 7 180 en 2014, a déclaré ce lundi 8